L'échelle de Jacob (27-07-2011)

L'Échelle de Jacob (je fais pas de vanne, respect)

 

C'est mercredi et comme la semaine dernière, nous allons continuer cette nouvelle bonne résolution, à savoir :

 

Aujourd'hui, c'est ciné. (et bam !)

 

Le film du jour :

Après moults réflexions introspectives, j'ai décidé de ne pas décortiquer plus que de raison ce chef d'oeuvre d'Adrian Lyne. C'est pourquoi, vous pourrez lire cet article avant de voir le film. Sauf boulette de ma part il n'y aura pas de SPOIL ici.

Mais embrayons immédiatement. Vous avez bien lu : "Adrian Lyne" (ndlr : le mec qui a fait 9 Semaines et Demi et Flashdance). Vous n'avez pas affaire ici à un gros réalisateur de nanards, mais plutôt à la coqueluche de sa décénie. Pas de suprise du coup, il n'y eut pas d'Échelle de Jacob II, ou de Jacob VERSUS Predator. L'Échelle de Jacob est une oeuvre à la fois sérieuse et singulière, qui a influencé son époque, les arts et surtout, qui continue à le faire ! Et c'est pour cette raison précise que je vais vous en parler...

...car ce film est la prinicipale influence scénaristique et artistique de la mythique série de jeu :

Silent Hill
(et ouais public, Silent Hill s'inspire d'une oeuvre créée par le mec qui a fait flashdance ! Trop lulz quoi !)

Synopsis

Jacob Singer vit sa vie de postier morne et sans surprise. Traumatisé par son service au Vietnam et... par un autre élément que je vais me retenir d'évoquer (contrairement à tous ces enfoirés de sites cinématographiques qui vous spoileront la première heure sans vergogne !). Mais son quotidien va sombrer petit à petit dans un néant apocalyptique. Des maux de têtes lui vrilleront le crâne, et des visions cauchemardesques perturberont son existence de plus en plus violemment.

Mais sont-ce vraiment des visions, lorsque tout semble si réel ? (Moi je sais, moi je sais !)

Inutile d'être 2ème dan de Où-est-Charlie ? pour observer de nombreuses similitudes entre la photographie du film et les choix artistiques du jeu. La trame scénaristique n'y fait pas non plus défaut puisque les deux oeuvres sont tourmentées dans leur expression même, l'histoire avancera comme un cancer, en gagnant du terrain et en digérant toute construction logique.

Les thèmes sont les mêmes. La folie, les remords, la peur pour les sentiments. La ville, le métro, les hôpitaux pour les lieux. Les chirurgiens, les infirmières, les voyantes, l'étrangeté et la menace pour sa faune locale.

Le saviez-vous ?

Le premier cinéaste à utiliser la technique du twist final au cinéma était Alfred Hitchcock. Mais après lui, cette technique scénaristique est un peu tombée dans l'oubli. Ce sont des films comme Angel Heart en 1987 puis L'Échelle de Jacob en 1990 qui ont popularisé cette structure narrative et ont par ce biais influencé d'autres auteurs et oeuvres de la fin du 20ème siècle..... hum ? quelqu'un a dit Sixième Sens ?

Certains effets visuels étaient tellement avant-gardistes, qu'ils ont été repris par tout le monde, des clips de metal aux films d'horreur. Détail amusant, le rôle du fils de Jacob est tenu par Macauley Culkin (qui n'est même pas crédité dans le générique de fin... vraiment un type bien ce Lyne !).

Pour ceux qui se demandent pourquoi l'adaptation cinématographique du jeu vidéo Silent Hill n'a été qu'une demi-réussite, la réponse est simple. En fait Christophe Gans dispose de quelque chose qui l'a coulé : de la culture. À l'origine journaliste puis rédac' chef ciné, il est réputé pour être un vrai érudit. Ainsi, vous vous doutez bien qu'il connaissait le film d'Adrian Lyne... Faire l'adaptation cinéma d'un jeu adapté d'un film. Le risque de se retrouver avec un clône de l'oeuvre originale était grand. Finalement, lors de l'écriture, il a cherché à éviter au maximum toute analogie avec l'Échelle. Par conséquent, il ne restera qu'un scénario moyen présenté par un graphisme fantastique exceptionnel...

Le saviez-vous ?

Silent Hill a également été très influencé par des peintres et autres artistes surréalistes. Nous pouvons le voir à la fois dans certains décors (hommages), mais surtout dans le bestiaire monstrueux qui peuple la colline silencieuse ...

 

Le film, classé trop vite comme simple film d'horreur n'aura pas le succès escompté.

Il constitue aujourd'hui un réel paradoxe. Echec monumental en salle, il termine son existence en tant que film culte pour les fins connaisseurs. Il ne tient donc plus qu'à vous de réparer cette erreur de la génération précédente et de lui offrir le succès public qu'il mérite. Allez, c'est pas le tout. Maintenant, bougez vos fesses et allez mater cette tuerie !!... \o/

A vous les studios.


[ 8 commentaires ]
TAGS : Cinécult.
Le Barbu
Dans le même esprit